Accéder au contenu principal

SIX HORSE

Six Horse donc. Un jeune chien fou débarquant de la meute de Pittsburgh et de sa pléthore de groupes noise-rock qui n'ont jamais eu la reconnaissance qu'ils auraient dû avoir. Mais le trio Six Horse n'est pas à son premier galop d'essai. Bill Baxter des fabuleux Blunderbuss, Patt Morris des non moins fameux Don Caballero et Shannon Burns, transfuge de Louisville et du groupe hardcore Brain Dead au milieu des années 80, tel est le trio magique.L'histoire ne nous dit pas qui est Annie mais avec un tel morceau, elle ne peut décemment pas douter. On catalogue Six Horse trop facilement dans le math-rock. Don't doubt Annie, comme le reste du (court) répertoire du groupe, c'est rock et cinglant. Du Jesus Lizard en moins vicieux, du Oxes en plus direct et avec du chant, avec sur ce morceau, une légère trace d'un Slint véloce, pour la voix posée sans doute. Autre face, Dance Gypsy, morceau de bravoure que l'on retrouve sur l'album, affole lui aussi les compteurs. Le single qui tue. Haut et court.Deux ans plus tard, quasiment 14 ans jour pour jour, Six Horse s'enferme une seule et petite journée pour s'enregistrer en prise live et balancer tout son jus sur Fine business, excellent. Pas mieux. Huit hymnes noise qui claquent. Un Dance Gypsy légèrement rallongé - quand on aime, on ne compte pas - des faux airs de Big'N dans la sonorité et le jeu de basse, Patt Morris et son jeu flamboyant ayant influencé plus d'un groupe, un chant pas toujours très bien assuré mais qui passe à l'arrache, des titres qui vous hypnotisent avec leurs riffs racés et tournoyant et suffisamment de fractures pour vous marquer à vie. Un must et un témoignage essentiel d'une époque et d'un noise-rock qui venait d'écrire ces plus belles lettres.

Chronique de l'excellent webzine PERTE ET FRACASque je remercie et que je vous conseille vivement pour ses articles de très bonnes qualités écrites par un passionné!!